Skip to main content
ahmedwaguei.com - Conseil, PMP, Gestion de Projet, Formation Personnelle

Comment j’ai réussi à l’examen du PMP

Le Project Management Professional (PMP)® est une certification en gestion de projet. C’est la plus importante certification à l’attention des gestionnaires de projets (Project Managers) et surtout la populaire dans le monde. Début 2018, on comptait plus de 750.000 personnes certifiées dans 210 pays.

J’ai donc eu l’opportunité courant 2018 de passer cette certification. L’objectif étant de monter en compétence sur les aspects de gestion de projets que j’utilisais au quotidien dans mes missions. Ce fut pour moi, trois mois de préparation quasi intensive pour relever ce défi. Alors, je vais vous décrire comment je me suis organisé pour les révisions et exercices.

Initialisation des objectifs

Car ceux qui me connaissent savent quel procrastinateur je suis parfois. Face aux taches barbantes, j’attends la dernière minute pour les accomplir (avec plus ou moins de succès). Mais cette fois les enjeux étaient beaucoup trop importants cette fois pour me laisser aller:

  • Obtenir une certification mondialement reconnue
  • Acquérir des compétences indispensables pour la suite de ma carrière

Ensuite je me suis fixé des objectifs pour ces 90 jours:

  • Lire 2 ou 3 livres sur le PMP, dont le guide officiel le PMBOK
  • Faire 2 mois d’exercices et 1 mois d’examens en conditions réelles
  • Etre certifié PMP

Planification des activités

Pour ceux qui sont familiers des concepts d’amélioration continue, la première étape de toute action qu’on veut réussir c’est la planification. Grâce à ma certification ITIL Foundation V3 obtenue des années auparavant, le sujet du PDCA ne m’était pas inconnu. Je l’ai donc appliqué tout au long de ma préparation à l’obtention du PMP.

Après les 35 heures de formation obligatoires, exactement 3 mois me séparaient de la date d’examen début Septembre 2018. Il me fallait donc un plan simple prenant en compte le boulot, la famille et le repos essentiel pour continuer à apprendre dans de bonnes conditions. J’ai donc prévu les activités suivantes:

  1. Répartir équitablement les chapitres du PMBOK et de Rita Mulcahy pour une lecture équilibrée et une progression simultanée sur la base d’un nombre précis de pages à lire par jour.
  2. Terminer un chapitre par semaine, du lundi au vendredi après le boulot. Mes lectures allaient de 18 heures à 22 heures (parfois 23 quand j’étais inspiré ou en retard sur le planning).
  3. Faire des mini-examens à la fin de chaque chapitre le vendredi soir ou le samedi matin.
  4. Suite aux mini-examens, relire les concepts mal maîtrisés et refaire l’examen au besoin.

Exécution des activités

Planifier c’est bien. Et c’est même très bien. Mais exécuter ce qui a été planifié, comme cela là été c’est bien mieux. J’ai fait de mon mieux tous les jours pour respecter mon planning de travail. Mais comme vous vous en doutez, les réalités et les contraintes de la vie, finissent parfois par vous rattraper en plein vol.

Il y’a des soirs où après une dure et longue journée de travail, je n’avais envie de rien d’autre que me poser et allumer la télé ou scroller inlassablement sur mon smartphone. Mais un bref rappel de ce qui était en jeu si je ne révisais par conformément au planning suffisait à me réveiller et me remettre dans le bain. Sinon, je n’avais qu’à penser aux milliers de mots (Rita + PMBOK) qui allaient venir s’accumuler et que je devrais lire le lendemain pour rattraper mon retard.

Car en vérité, chacun de ces livres pèse dans les 600 pages et j’avais quotidiennement autour de 30 pages à lire pour respecter mon planning et atteindre mes objectifs. Un retard d’un jour doublait ma sentence. Chose que je ne prenais pas à la légère.

Mais les jours où je n’avais d’autres choix que de sauter un jour de révision, je le rattrapais aussitôt le samedi, en utilisant la technique du planning glissant. Cela me privait d’un jour de weekend repos, chose que je n’aimais pas particulièrement donc je m’efforçais de m’en tenir au planning initial.

Je lisais donc religieusement les livres et je prenais des notes. J’approfondissais si possible en faisant des recherches sur internet lorsque ni le PMBOK ni RITA n’étaient suffisamment clairs pour moi. Au fil de la progression, je faisais les exercices intra-chapitres de Rita (le PMBOK devrait s’en inspirer). Et je terminais ma semaine par des mini-examens sur le chapitre fraîchement bouclé (j’essayerai de retrouver mon template d’examen pour le joindre à l’article). Pour toutes les questions auxquelles je n’avais pas répondu avec succès, je relisais le passage concerné dans le PMBOK, RITA et sur Internet puis je refaisais l’examen. La note visée à chaque fois étant 70% de bonne réponses. Lors des mini-examens, j’avais un chrono à portée de main pour m’assurer de rester dans les temps. Je me donnais 1 minute maximum par question. Enfin, une fois par semaine lors des 30 jours précédents l’examen, je me mettais en condition réelles d’examens pour m’éprouver et m’assurer que je pourrais le jour J gérer convenablement mon temps.

J’ai exécuté mes activités exactement comme ça chaque semaine pour tous les chapitres des deux livres (domaines de connaissances, éthique, rôle du chef de projet et framework, …)

Contrôle et Supervision

Afin de contrôler et superviser efficacement une ou plusieurs activités, il vous faut absolument des indicateurs. Ils vous permettront de définir un repère et un point d’ancrage contre lequel vous pourrez sans cesse revenir pour comparer, mesurer et déterminer si vous êtes sur la bonne voie ou si vous êtes perdus quelques part dans les limbes (inception-style).

  • Mon planning était défini en amont. Parfait!
  • Ma progression journalière attendue était d’une trentaine de pages pour mes deux livres. Super!
  • Ma progression hebdomadaire attendue était d’un chapitre + un mini-examen.

Le suivi de ma progression et la correction de la trajectoire si nécessaire étaient donc aisés. La clé c’était la planification et l’exécution. Le retard maximum que je me permettais était d’un jour et vu que j’avais le samedi et dimanche comme filets de sécurité, j’avais de quoi rattraper un éventuel retard journalier. Tous s’est passé comme prévu sur ce coup.

Clôture du projet

L’obtention de la certification PMP passe par la réussite à un joli petit examen se présentation comme suit:

  • Un format Questions à Choix Multiples (QCM)
  • 200 questions avec chacune 4 réponses dont 1 seule est la bonne
  • 4 heures

Réussir cet examen demande donc une préparation rigoureuse car les 200 questions touchent n’importe quel sujet abordé dans le PMBOK et même l’expérience générale du Chef de Projet (mais 25 d’entres elles comptent pour du beurre et ne sont que de futures questions « test » incluses dans l’examen par les vicieux agents secrets du PMI…)

Pour ma part, mes efforts et sacrifices ont payé. J’ai réussi l’examen avec brio (sans vouloir me vanter). J’ai terminé l’examen avec la note Above Target. 🙂

Lessons learned

Quelques conseils à vous partager pour terminer:

  • Soyez organisé et rigoureux
  • Lisez et relisez les passages qui ne sont pas clairs
  • Faites le maximum de tests dont 1 ou 2 en conditions réelles
  • Relisez vos notes

Le sujet de la certification PMP est tellement vaste que je n’ai abordé que quelques points. N’hésitez donc pas à le faire savoir en commentaire si vous avez des questions, remarques ou besoin d’éclaircissements. Je me ferai un plaisir de vous répondre du mieux possible.

Partager :

Ahmed WAGUEI

Internet & Movies lover. Sleep & Food master.